Tribunes

Groupe des Radicaux Républicains et Apparentés

Le 3 avril, les élus départementaux ont examiné le budget primitif 2019. Si le groupe des Radicaux Républicains et apparentés a refusé ce budget c’est, au-delà d’un manque de respect total pour l’opposition, pour marquer son désaccord sur la gestion de la collectivité qui se résume par l’immobilisme, trop d’emprunts, trop d’impôts.



Que la majorité se glorifie d’un niveau élevé d’investissements c’est légitime, sauf qu’une fois encore il s’agit d’une illusion. En 2018 avec 99,9 M€ de crédits d’investissements, seuls 58,8 M€ ont été utilisés. En 2019, sur 105,9 M€, dont 41,1 M€ de crédits de report, combien seront investis ? Alors que dans le même temps 13 M€ sont empruntés par an et que des communes sont aujourd’hui bloquées dans leur investissement.



C’est dans ce contexte que notre groupe a déposé un amendement visant à baisser le taux de foncier bâti. Nous aurions pu attendre de la part d’une majorité, qui n’a cessé de vilipender le taux de 28,9 %, qu’elle agrée cette proposition. Il n’en a rien été ; qu’elle assume alors ce taux. Ce n’est plus celui qu’elle a trouvé à son arrivée mais celui qu’elle a voulu.



Avec l’arrivée des vacances espérons que les enfants privés de Mimizan trouveront ailleurs les mêmes conditions de séjour.



Jean-Michel Baylet, Jean-Luc Deprince, José Gonzalez, Christiane Le Corre, Marie-Claude Nègre, Denis Roger, Michel Weill.